Association Protestante d'Assistance

Notre histoire

1561 Le 23 Mars, le premier Consistoire est fondé à Nîmes. Il est alors composé de pasteurs, et de diacres. Du grec « diaconos », qui signifie serviteur, les diacres sont principalement des avocats, des bourgeois et des marchands de la ville qui rendent visite aux pauvres des quartiers nîmois dont ils ont la responsabilité.
1561 Une caisse des pauvres est créée pour établir « l’état des pauvretés à Nîmes ».
1559 Un Collège protestant voit le jour rue Écoles-Vieilles.
1562 Les diacres protestants nîmois portent secours aux femmes veuves avec des enfants, aux vieillards, aux infirmes et aux orphelins. La caisse des pauvres règle dépenses liées aux ensevelissements.
1565 Le roi Charles IX autorise les protestants à bâtir un temple rue de la Calade.
1572 Massacre de milliers de protestants lors de la nuit de la Saint-Barthélemy à Paris.
1578 Suite à l’épidémie de peste, les protestants de Nîmes déclarent « nous sommes tous responsables » et paient un médecin pour soigner les pestiférés.
1580 Les diacres protestants sont autorisés à rendre visite aux prisonniers.
1586 Construction d’un hôpital protestant. Les médicaments sont fournis par les apothicaires nîmois.


1602 Création d’une école de garçons pauvres dont l’instituteur est payé par la caisse des pauvres et logé par l’Église.
1660 L’État oblige les protestants à cesser toute activité charitable.
1664 Le Petit-Temple est détruit par Louis XIV qui bâillonne les protestants.
1685 À la Révocation de l’Édit de Nantes, les protestants sont exclus de la société française, le Grand-Temple est détruit. Le diaconat nîmois n’existe plus.
1685 La résistance s’organise dans les Cévennes à la suite des premières dragonnades. Les églises locales collectent de l’argent pour les plus nécessiteux.


1728 Les diacres nîmois réfugiés dans les Cévennes récoltent de l’argent pour les prisonnières de la Tour de Constance à Aigues-Mortes, dont Marie Durand.
1758 L’Église protestante de Nîmes se réorganise et recommence à distribuer des subsides aux pauvres.
1787 Louis XVI rétablit officiellement la liberté religieuse.


1810 Des bourses d’enseignements sont versées aux enfants pauvres de Nîmes.
1813 Ouverture d’un vestiaire.
1835 Le diaconat protestant met des diacres et des médecins au service des personnes touchées par l’épidémie de choléra.
1889 Les œuvres protestantes deviennent indépendantes de l’Église.
1890 Les veuves reçoivent des bons de 5kg de pommes de terre et de 50 kg de charbon en hiver.
1890 Chaque pauvre secouru est inscrit dans le grand livre des familles assistées avec son nom et l’aide qui lui a été attribuée.


1900 Les diacres allouent des bons de pain, d’hospitalisation et de vêtements aux indigents de Nîmes.
1901 Le Conseil d’État demande à l’Église Réformée Protestante de Nîmes de créer un établissement charitable distinct.
1904 Le 22 décembre, le diaconat devient l’Association Protestante d’Assistance, association de solidarité laïque.
1905 L’Association prête de l’argent aux plus démunis pour acheter des outils de travail.
1905 La loi de séparation de l’Église et de l’État est promulguée.
1906 L’Association Protestante d’Assistance est reconnue d’utilité publique.
1907 L’État adopte des mesures sociales en faveur des pauvres dont l’allocation des vieillards.
1918 Le nombre de diacres diminue fortement.
1921 Le Conseil d’administration de l’Association Protestante d’Assistance constate « qu’il ne faut pas secourir mais relever ».
1922 Un sanatorium soutenu par l’Association Protestante d’Assistance est ouvert à Nîmes.
1932 Création des allocations familiales.
1936 L’Association Protestante d’Assistance alerte les pouvoirs publics sur l’augmentation des cas de tuberculose parmi les plus pauvres.
1936 Nomination de diacres femmes à l’Association Protestante d’Assistance.
1943 De nombreux diacres manquent à l’appel, des pasteurs les remplacent.
1945 Création de la Sécurité Sociale, l’État commence à soutenir les plus démunis.
1956 Le dispensaire de l’Association Protestante d’Assistance est pris en charge par l’État, l’association rémunère une infirmière.
1964 Un service d’aide-ménagère à domicile est créé pour les personnes âgées à faibles revenus.
1970 L’Association Protestante d’Assistance développe ses actions sociales et inaugure ses nouveaux bureaux au 3 rue Claude Brousson.
1978 L’Association Protestante d’Assistance s’installe dans les locaux de la Maison de Santé Protestante, rue des Tilleuls.
1999 Installation au 19 rue Bigot dans une ancienne école mise à disposition par la Ville de Nîmes.


2004 Fête du Centenaire sous la présidence du Pasteur Berrus et la vice-présidence de Christian Polge.
2010 Création de l’Association Protestante de Service, l’action sociale et l’aide à la personne ainsi que les soins à domicile deviennent des entités distinctes.
2014 L’Association Protestante d’Assistance crée avec le Secours Catholique le réseau ANAIS, réseau des associations nîmoises d’action et d’intervention sociales regroupant 47 partenaires intervenant dans l’urgence sociale.
2017 Création de l’épicerie sociale et solidaire Défi Market.
2017 L’Association reçoit et accompagne 4.951 personnes et 1.852 enfants parmi les plus fragiles.
2018 Ouverture du café d’ANAIS, café associatif et solidaire au 15 rue Nationale, dans les locaux de l'APA, légués au diaconat par le boulanger Antoine Granier en 1853.


Extraits du livre :
Le protestantisme nîmois à l’œuvre : le diaconat, 1561-1945
Auteure : Corinne NEGRE
© Éditions : Éditions LACOUR 1992

Histoire 1

Association Protestante d'Assistance